Tout sur le chou
Plan_du_site_du_cercle_genealogique_de_vincey_et_du_bailliage_dEpinal_pour_votre_genealogie_dans_les_vosges.html
Plan du sitePlan_du_site_du_cercle_genealogique_de_vincey_et_du_bailliage_dEpinal_pour_votre_genealogie_dans_les_vosges.html
 

Le chou des casernes…


Ce procédé nous est révélé par E. Auricoste  de Lazarque (Metz 1829 – Retonfey 1894) dans sa fameuse « Cuisine Messine » (1892). Cet ouvrage est une somme non seulement de recettes régionales comme son nom l’indique mais aussi d’anecdotes et d’histoires issues du folklore lorrain…

Ecoutez-le donc nous raconter comment nos choux, de Vincey, pourquoi pas, étaient traités dans toutes les casernes de l’Est…


«La choucroute est préparée dans les régiments. On achète à l’automne une ample provision de choux. Puis, un beau jour, (effectivement la météo devait être importante) on envoie au bain un certain nombre de soldats à qui on enjoint surtout de bien se laver les pieds. A leur retour, on place dans le fond  de récipients spéciaux une couche de sel et par-dessus une couche de choux découpés au couteau ordinaire et à la main, (ou au couteau à choucroute dans les casernes plus riches) ; les hommes entrent alors dans  ces tonneaux et pilonnent les choux avec leurs pieds. On place une deuxième couche de sel et de choucroute que les hommes piétinent encore, et ainsi de suite jusqu’à épuisement des choux et remplissage des tonneaux. »

                         BON APPETIT…

La naissance du chou


On dit communément que les garçons naissent dans les choux… mais question existentielle : où naissent les choux ?

Comme bien souvent c’est dans la mythologie qu’il faut chercher la réponse… parlons donc de Dionysos : ce Dieu est généralement connu pour avoir apporté aux hommes la vigne et le vin. Ce que l’on sait moins c’est qu’il est aussi indirectement à l’origine de l’apparition du chou sur terre.

En effet, revenant d’Europe où il avait appris aux hommes la culture de la vigne, le Dieu devait passer par la Thrace. Considérant que le jus de la treille était un cadeau empoisonné qui n’amenait que l’ivresse et ses débordements, Lycurgue, un des Rois de la contrée, insulta Dionysos et le chassa à l’aide d’un aiguillon de bœuf. Le Dieu dut s’enfuir sous les coups et se cacher dans le refuge sous-marin de Thétis puis il revint à la charge et pour punir l’insolent, il l’enferma dans une autre grotte jusqu’à ce que sa colère passe :


« L’emprisonnant dans une caverne rocheuse

Jusqu’à ce que sa première rage furieuse

Se dissipât lentement et qu’il apprît à connaître

Le Dieu dont il avait osé se moquer. »


Mais les autres Dieux jugèrent que la punition était trop légère et qu’il ne fallait pas laisser penser aux hommes qu’ils pouvaient sans risque se moquer d’eux  et s’attaquer à quelque divinité que ce soit…

Zeus rendit donc Lycurgue aveugle… mais comme cela n’apaisait pas la colère de ses enfants blessés dans leur honneur, Rhéa, déesse de la Terre et «mère de tous les Dieux», enleva le fils du Roi de Thrace et le tortura. Ceci rendit l’infortuné père fou de douleur qui mourut peu de temps après en pleurant toutes les larmes de son corps… et de chacune de ses larmes atteignant le sol… naquit un chou !!!

Les Italiens en ont gardé aujourd’hui encore la croyance que manger du chou protège de l’ivresse… et pour tous les peuples méditerranéens, la culture du chou est incompatible avec celle de la vigne :

«Quand le chou passe la haie, le vigneron meurt de soif» Le Roux De Liney


Isabelle SACCHET